Logo Aux Captifs La Libération

Des ateliers d’expression comme premier pas vers la réinsertion sociale

Résumé : Depuis 2015, l’association Aux Captifs La Libération met œuvre un programme d’art-thérapie pour les personnes en situation de grande précarité : « Les Escales Ailleurs ». A travers des ateliers de théâtre ludiques et des séjours de rupture, les participants sont encouragés à exprimer leurs émotions et plus largement à se remobiliser dans leur projet de vie.

Partager cette fiche

Programme

  • Démarrage : Mars 2015
  • Lieu de réalisation : Paris
  • Budget : 22000 €
  • Origine et spécificités du financement : Fondation Notre Dame

Organisme(s)

Site Internet

Localisation

Comité de lecture

  • Date de lecture de la fiche :  25/10/2019
Solution(s) : Culture, sport et loisirs Exclusion et isolement
Pays :  France
Envergure du programme :  Locale
Opérateur(s) :  Association, ONG
  • Bénéficiaires :  Sans abris, Immigrés, Bottom Of the Pyramid (BOP)
  • Domaine(s) :  Psychologie, Loisirs, Sports, Culture

Fiche collectée dans le cadre du programme RESOLIS « Solidarités & Vulnérabilités Sociales »

Copyright: Licence Creative Commons Attribution 3.0 ( http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/ )
Pour citer un texte publié par RESOLIS : Stalla-Bourdillon Bénédicte , « Des ateliers d’expression comme premier pas vers la réinsertion sociale », **Journal RESOLIS** (2019)

Origines et contexte du programme

L’association Aux Captifs, la libération, créée en 1981 par le Père Patrick Giros, vient en aide aux personnes exclues vivant de la rue ou dans la rue : personnes sans domicile fixe, personnes en situation de prostitution, migrants, jeunes en errance, victimes de la drogue ou de l’alcool. Son programme « Habiter chez soi », qui consiste en un accompagnement global vers une solution d’hébergement, a mis en évidence l’importance de réconcilier les personnes avec leur humanité dans la réussite de leur parcours. Suite à ces constats, le projet « Les Escales Ailleurs » est alors lancé en mars 2015 en vue de se focaliser sur cette dimension humaine de la réinsertion sociale, en particulier sur les enjeux de libération des émotions et des souvenirs ainsi que sur l’acceptation de soi et de son parcours de vie.

Objectifs du programme

• Accompagner les personnes en situation de précarité et d’exclusion selon une approche ludique
• Créer un espace sécurisé permettant aux personnes de se reconnecter à leurs émotions et à leurs souvenirs
• Redonner confiance en soi dans la création
• Remettre en mouvement la personne et soutenir ses capacités de changement
• Retisser les liens entre les personnes en situation de précarité et la société

Actions mises en oeuvre

- Organisation d’un atelier hebdomadaire : diverses activités d’expression collective comme le théâtre, le masque neutre ou des ateliers de clown
- Présentation de leur spectacle à un public après pendant environ 3 mois de répétition
- « Chantier d’Expression » : un week-end découverte sans obligation d’engagement pour la suite. Les participants s’approprient des activités libres et spontanées (détente, promenade, récits de vie, préparation des repas, vie en commun…).

résultats et impacts, quantitatifs et qualitatifs, des actions mises en oeuvre

- Augmentation du nombre des participants depuis le lancement du projet : 3-4 participants en 2015 contre une vingtaine aujourd’hui
- Mobilisation des participants : le projet leur permet d’être acteurs de leur propre vie dans un groupe. L’impact s’apprécie en effet en termes de remise en mouvement, c’est-à-dire les démarches personnelles et/ou institutionnelles entreprises par les participants. Certains bénéficiaires ont réussi à trouver un logement, un travail ou à retisser les liens familiaux et/ou sociaux. Les résultats sont néanmoins hétérogènes étant donné le parcours singulier propre à chaque participant.
- Valorisation des participants grâce aux représentations de leurs petites formes artistiques, notamment en termes d’image de soi
- Les « Chantiers d’Expression » permettent aux participants de faire une rupture avec la vie parisienne, de s’exprimer dans le groupe tout en respectant les règles posées par le théâtre, le masque neutre et l’humour. Les week-ends et le séjour de vacances permettent aussi d’habituer les participants à vivre en groupe et à réapprendre à vivre en société.
- Observation aussi d’effets sur l’accueil des habitants vis-à-vis des participants

Originalité du programme

« Les Escales Ailleurs » positionnent la création artistique et la culture au centre de la réinsertion sociale. Pour remobiliser les participants dans leur projet de vie, le projet s’appuie sur différents jeux d’expression et d’ateliers théâtraux. Ceci se fait plus précisément à travers la médiation du corps, l’écoute, la parole ainsi que la transmission des savoirs-faire et savoirs-être liés à la création artistique.

Partenariat(s) développé(s) dans le cadre du programme

La Bagagerie Antigel, La Maison Helder Camara, Association Pour l’Amitié, Association Les Moissons de Lune...

Retour d’expérience

Difficultés et/ou obstacles rencontrés durant la mise en oeuvre du programme :

- La mobilisation des participants est la difficulté majeure. La participation reste fragile et imprévisible.
- Le manque de ressources financières demeure un obstacle au bon fonctionnement des ateliers et à la qualité artistique des représentations publiques, notamment pour la confection des costumes, l’acquisition d’accessoires et de matériels scéniques de même que l’accès aux spectacles parisiens.
- La salle utilisée pour les répétitions est parfois occupée, contraignant l’art-thérapeute à trouver une solution.
- Trouver des bénévoles prêts à faire du théâtre et capables de quitter leur posture « d’aidant » de façon à se mettre au même niveau que les participants

Solutions adoptées pour répondre aux difficultés et/ou obstacles :

- L’art-thérapeute envoie un SMS à tous les participants pour savoir où il en est et lui rappeler les dates, les horaires et le lieu de l’atelier. Ce système contribue à créer et maintenir le lien avec le groupe. La participation s’améliore avec le temps, dès lors que les participants se sentent engagés dans l’atelier.
- Évolutions depuis octobre 2019 :
* rencontres et échanges à l’accueil de jour l'Espace Solidarité Insertion (ESI) « Chez Monsieur Vincent » tous les lundi de 9h30 à 12h15 : diffusion des informations concernant l'atelier (horaire, lieu, etc.), communication interpersonnelle avec certaines personnes (partage des ressentis, émotions, souvenirs…) ou médiation par le dessin ou par les arts vivants pour ceux plus disposés à entrer dans cette modalité d'expression que par la parole en direct
* le projet se déroule au sein de la permanence d'accueil de l’ESI (10 rue de Rocroy , Paris 10). Cet ancrage simplifie énormément la mobilisation des personnes qui se sentent déjà "chez elles" et n'ont plus de difficulté à se repérer dans l'espace. Il ne leur reste plus qu'à se souvenir de l'atelier qui a lieu le même jour (l'après-midi de 14h à 16h30).

Améliorations futures possibles :

- Dégager du temps pour l’art-thérapeute afin qu’elle puisse participer aux réunions d’équipe dans les accueils de jour de l’association
- Accroître la communication auprès des associations partenaires pour leur faire connaître les bénéfices du projet : réaliser par exemple des mini-conférences, photos, vidéos avec les participants
- Augmenter les moyens humains et matériels pour améliorer la qualité artistique des ateliers
- Organiser un « Chantier d’Été » au mois d’août pour les participants qui ne partent pas en vacances
- Permettre aux participants d’assister à 3 spectacles dans l’année

Présentation des facteurs de réussite et conseils pour une généralisation ou transposition du programme :

- La création de liens entre l’art-thérapeute, les travailleurs sociaux des associations partenaires, les bénévoles et les participants est très importante pour le bon fonctionnement du projet dans sa globalité.
- Les « Escales Ailleurs » est un projet évolutif qui se construit avec les participants. Ces derniers ont besoin de se sentir accompagnés dans toutes les dimensions de leur être. Il est essentiel d’écouter leurs besoins qui ne concernent pas le projet (ex. hospitalisation, suivi social, accompagnement spirituel...) et de créer des ponts avec les services concernés s’ils n’existent pas déjà.
- Il est important que le projet conserve une dimension humaine car l’accompagnement est plus efficient et plus rapproché. Les participants peuvent plus aisément s’approprier l’expérience et cheminer chacun à son rythme. Cela bénéficie à la participation de façon générale.
- Adopter le principe de la libre-adhésion qui peut alors entraîner plus tard la libre-association indispensable au processus de symbolisation

Pour en savoir plus

- Vidéo de présentation des ateliers d’expression
https://youtu.be/5NUkjGdl5No

- Site internet de l'association d'art-thérapie "Moissons de Lune" partenaire du projet des Escales Ailleurs
https://lesmoissonsdelune.wixsite.com/art-therapie-paris14


Partager cette fiche
Télécharger la fiche