Logo Institut National de l'Education

Expérimentons la science au Cambodge!

Résumé : Depuis 2002, la Fondation « La Main à la pâte » aide le Cambodge à développer et appliquer une nouvelle méthode d’enseignement des sciences basée sur la démarche d’investigation. Au début destiné uniquement aux classes primaires bilingues franco-khmères, le programme s’est ensuite étendu à toutes les écoles primaires volontaires pour les niveaux 4, 5 et 6.

Partager cette fiche

Programme

  • Démarrage : 2002
  • Lieu de réalisation : Cambodge
  • Budget : 18000 €
  • Origine et spécificités du financement : Fondation Charles et Rodolphe Mérieux

Organisme(s)

  • Institut National de l'Education
  • 123 Boulevard Norodom
  • Phnom Penh
  • Salariés : 3
  • Bénévoles : 0
Site Internet

Localisation

Comité de lecture

  • Date de lecture de la fiche :  19/04/2015 00:00
Appréciation(s) du comité : Impacts élevés !
Solution(s) : Education
Pays :  Cambodge
Envergure du programme : 
Opérateur(s) :  Établissement Public
  • Bénéficiaires :  Elèves, étudiants
  • Domaine(s) :  Science, Éducation, Formation

Copyright: Licence Creative Commons Attribution 3.0 ( http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/ )
Pour citer un texte publié par RESOLIS : Khim Hour , « Expérimentons la science au Cambodge! », **Journal RESOLIS** (2015)

Origines et contexte du programme

Dans le cadre de la coopération française, la méthode de la Fondation La main à la pâte (Lamap) a été appliquée dès 2002 dans les classes bilingues franco-khmères à la demande de l’Agence Universitaire de la francophonie. Cette méthode promeut l’apprentissage des sciences par une démarche d’investigation : les élèves apprennent en expérimentant, tels les scientifiques. Dans un souci de généralisation, l’Institut National de l’Education est devenu porteur du projet en juillet 2006 qui est alors devenu programme national du Ministère de l’Education, de la jeunesse et des sports (MEJS), destiné à toutes les écoles primaires volontaires (au début réservé pour la 6ème année).
Un plan de travail est depuis écrit chaque année afin de suivre le développement du programme et la formation des enseignants.

Objectifs du programme

- Permettre aux enfants d’apprendre en expérimentant. Traditionnellement, les sciences sont plutôt enseignées comme la lecture.
- Adapter la méthode Lamap au contexte Cambodgien.
- Les objectifs ont évolué : au départ, il s’agissait d’accroître la qualité de l’enseignement des sciences dans les classes primaires bilingues (6ème année), puis développement à l’ensemble des écoles volontaires, puis extension aux 5ème et 4ème années du primaire.

Actions mises en oeuvre

- Entre 2002 et 2004, 5 inspecteurs primaires Cambodgien ont reçu une semaine de formation par an par des formateurs de « La main à la pâte » (Lamap) : pour maîtriser les méthodes pédagogiques et pouvoir former les enseignants, et pour être capables de développer des ressources pédagogiques adaptées.
- 2005 : formation d’instituteurs dans 9 écoles du programme bilingue (seulement 6ème année du primaire)
- A partir de 2006 : extension du programme aux classes non bilingues volontaires. Les 5 inspecteurs formés ont développé des ressources pédagogiques avec l’aide des formateurs de Lamap, en français, puis traduction en khmer. L’idée était de développer des ressources et activités correspondant aux programmes du Ministère. Les formateurs présentent le programme aux écoles, et quand elles le souhaitent, elles reçoivent une formation avec d’autres écoles. Les enseignants sont formés pendant quatre jours, à raison de 7 heures par jour. Tous les enseignants sont formés ensemble (peu importe le niveau où ils enseignent) car ils sont amenés à changer de niveau. Les écoles constituent un groupe, et une d’entre elles est chargée de la gestion des mallettes pédagogiques.
La priorité est donnée aux écoles rurales, car les écoles dans les milieux urbains ont plus de dispositifs et d’aides à disposition.
- A partir de 2010 : extension du programme à la 5ème année du primaire (développement de nouvelles ressources pédagogiques)
- A partir de 2013 : extension du programme à la 4ème année du primaire (développement de nouvelles ressources) et formation de nouveaux formateurs dans 10 Ecoles de pédagogie provinciales.
- Janvier 2015 : Evaluation du programme par 2 formateurs de Lamap

résultats et impacts, quantitatifs et qualitatifs, des actions mises en oeuvre

- 11 mallettes pédagogiques créées pour la 6ème année du primaire ; 6 pour la 5ème année. 2000 guides pédagogiques produits pour chacun des niveaux.
- 22 694 élèves ont bénéficié de cette méthode depuis le début du programme, dans 140 écoles
- 590 enseignants formés depuis le début
- 10 Ecoles de Pédagogie Provinciales formées à la pédagogie Lamap
- Les enseignants sont satisfaits, trouvent que les enfants apprennent mieux les sciences. Ils continuent tous à utiliser les ressources pédagogiques
- Les formateurs des Ecoles de Pédagogie connaissaient déjà la méthode IBSE (Inquiry-Based Science Education / Enseignement des Sciences par l’investigation), mais trouvent que les ressources développées avec Lamap sont plus pratiques
- Résultats de l’évaluation menée en janvier 2015 à venir

Originalité du programme

COLLABORATION AVEC LAMAP
La Fondation La main à la pâte a beaucoup soutenu ce programme au Cambodge : formation des formateurs, aide pour le développement des ressources pédagogiques, soutien à la rédaction de demandes de financement et des plans de travail annuels. Les formateurs du centre pilote de Bergerac (France) sont fortement mobilisés depuis le début.

Partenariat(s) développé(s) dans le cadre du programme

- Laos et Vietnam pour développer le programme régionalement. Au Laos: ont donné les modules et les ressources pédagogiques développées pour qu’ils puissent s’en inspirer pour développer leurs propres ressources
- 10 Ecoles de Pédagogie provinciales (25 au total au Cambodge)

Retour d’expérience

Difficultés et/ou obstacles rencontrés durant la mise en oeuvre du programme :

- Difficile de trouver des financements. La fondation Christophe et Rodolphe Mérieux apporte son soutien financier depuis 2005, mais la subvention s’arrête en juillet 2015.
- Nombre d’enfants par classe parfois très élevés : environ 40-50 en moyenne (rare d’en avoir que 30), et dans les écoles isolées, jusqu’à 70 élèves car manque d’enseignants.

Solutions adoptées pour répondre aux difficultés et/ou obstacles :

- Choix de travailler avec des écoles où il n’y a que 30-40 élèves par classe, car sinon, ce n’est pas possible d’appliquer la pédagogie
- Chercher de nouveaux financements, et demander l’aide de Lamap dans cette démarche

Améliorations futures possibles :

- Continuer la généralisation du programme dans le pays. L’étendre à d’autres niveaux et à d’autres groupes d’écoles.

Présentation des facteurs de réussite et conseils pour une généralisation ou transposition du programme :

- Avoir des financements. Au Laos, il n’y a pas de subvention spécifique pour le programme, les formateurs manquent donc de moyens, et le programme a beaucoup de difficultés à se développer.

Partager cette fiche
Télécharger la fiche