Logo Bibliothèque nationale de France (BnF)

La BnF pour tous

Résumé : Depuis la création en 2004 de sa Mission diversification des publics, la Bibliothèque nationale de France (BnF) travaille activement à rendre accessibles ses collections aux personnes les plus éloignées de la culture (en particulier les migrants en apprentissage du Français Langue Étrangère, les jeunes en formation, les usagers des centres sociaux et les habitants de quartiers en difficultés). Pour ce faire, elle co-construit des projets adaptés aux attentes de ces publics et forme les professionnels du champ social.

Partager cette fiche

Programme

  • Démarrage : 2004
  • Lieu de réalisation : 13e arrondissement de Paris
  • Budget : N/C
  • Origine et spécificités du financement : Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRJSCS) et Fond européen d'intégration (FEI)

Organisme(s)

  • Bibliothèque nationale de France (BnF)
  • Quai François Mauriac
  • 75013 Paris
  • https://twitter.com/laBnF
  • Salariés : 2400
  • Bénévoles : 0
Site Internet

Localisation

Comité de lecture

  • Date de lecture de la fiche :  09/07/2019 00:00
Appréciation(s) du comité : Source d’inspiration !
Solution(s) : Culture, sport et loisirs Education Exclusion et isolement
Pays :  France, Île-de-France
Envergure du programme :  Locale
Opérateur(s) :  Établissement Public
  • Bénéficiaires :  Professionnels, Immigrés, Bottom Of the Pyramid (BOP), Universel
  • Domaine(s) :  Culture

Fiche collectée dans le cadre du programme RESOLIS « SOLIDARITES & VULNERABILITES SOCIALES »

Copyright: Licence Creative Commons Attribution 3.0 ( http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/ )
Pour citer un texte publié par RESOLIS : Astier Frédéric , « La BnF pour tous », **Journal RESOLIS** (2019)

Origines et contexte du programme

En 2004, la Bibliothèque nationale de France (BnF) s'est dotée d'une Mission de diversification des publics pour devenir un établissement culturel ouvert à tous y compris aux personnes en difficultés sociales. Le défi est grand étant donné que la Bnf est perçu par le grand public comme élitiste et réservé aux chercheurs. Ce service de diversification propose des formes d’accueil et des actions innovantes à destination des publics qui ne fréquentent pas habituellement les institutions culturelles. Il s'adresse aussi aux médiateurs culturels du champ social.

Objectifs du programme

- Proposer des activités régulières de façon permanente
- S'adapter aux demandes des relais du champ social
- Accompagner des projets spécifiques

Actions mises en oeuvre

ACTIVITES REGULIERES
- La Mission communique ses activités à plus de 750 associations ou structures intervenant dans le champ du social.
- Visite du bâtiment, histoire de la BnF, découverte de ses collections patrimoniales, découverte et prise en main du labo Français Langue Etrangère (FLE), organisation de « Visites miroirs » (visites de plusieurs établissements dans une même journée, autour d’un thème commun)...
- Des cartes gratuites sont données aux publics du champ social.

ACTIVITES SPECIFIQUES
La Mission monte des projets en s'appuyant sur des relais sociaux tels que les centres sociaux, les Missions locales, les Antennes jeunes, les Écoles de la 2ème chance, les associations d’alphabétisation, de FLE ou encore les services qui développent des actions culturelles en direction des publics dits « empêchés » (personnes hospitalisées, jeunes placés sous main de justice, migrants…).
> Ex. de projet adaptés aux demandes des relais sociaux : ateliers sur des questions de société (laïcité, identité, éducation populaire...)
> Ex. de projets spécifiques : projections audiovisuelles collectives, atelier sur Jaurès avec une association de résidents de la ville de Paris

La Mission contribue également à la formation des relais sociaux. Cycle d’ateliers à venir : « Cheminer avec les philosophes » pour s’interroger sur le sens des pratiques professionnelles vis-à-vis des publics du champ social

résultats et impacts, quantitatifs et qualitatifs, des actions mises en oeuvre

- 375 relais sociaux viennent au moins 1 fois par an.
- Fréquentation régulière d'une centaine de relais
- En 2017 : 1 400 personnes du champ social sont venues en groupe accompagnées par environ 400 relais
- De 2016 à 2017 : plus de 300 relais sociaux ont assisté à des ateliers sur les questions de société
- Activités populaires : le labo FLE et les ateliers de conversation en français
- Il existe une forte « demande de visites métiers » de la part des associations qui s’occupent de formation des jeunes ou de la part des GRETA et des missions locales.
- Réalisation d'un livret de visite de la BnF pour les apprenants en français

Originalité du programme

La Mission est soucieuse d'inventer des formes de médiations qui valorisent la circulation du savoir et les échanges interculturels. Pour ce faire, son mode d’agir s'efforce de rejeter une transmission descendante mais au contraire se nourrit en permanence des apports des publics accueillis. Cette horizontalité permet de renouveler le rapport au savoir.

Partenariat(s) développé(s) dans le cadre du programme

- Acteurs publics :Mairie du 20e, Ville de Grigny, missions locales, écoles de la 2e chance, GRETA, centres sociaux, délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF), préfecture d’Île-de-France...
- Assocations : Secours populaire, ATD Quart Monde, Emmaüs, Adage, Autre monde, Savoir Pour Réussir, association Île aux langues, association DECIDER, association « Ayyem Zamen »...
- Etablissements culturels : Musée du Louvre, Cité de l’histoire de l’immigration, MAC VAL…

Retour d’expérience

Difficultés et/ou obstacles rencontrés durant la mise en oeuvre du programme :

- Les projets menés dans les zones de sécurité prioritaires (ZSP) sont compliqués à mettre en œuvre car la préfecture exige de toucher les 16-25 ans, victimes d’échecs scolaires et de relégation sociale. Par nature, ces publics sont difficiles à rencontrer et très peu en demande de contacts avec des établissements culturels comme la BnF.
- Il n’existe pas d’instrument de mesure qui permette d’observer si les publics reviennent à la BnF ou pas.

Solutions adoptées pour répondre aux difficultés et/ou obstacles :

Pour contacter ces jeunes, la Mission s'est rapprochée d’associations non familières avec les ressources de la BnF, écrasées par leurs activités quotidiennes et agissant dans une temporalité différente. Il a donc été nécessaire de trouver avec elles un « modus vivendi ».

Améliorations futures possibles :

- Prendre plus de temps pour définir les règles du jeu avec les partenaires, avant de se lancer dans l’action. Insister auprès des financeurs pour disposer de ce temps d’élaboration et de reconnaissance mutuelle.
- Sécuriser les financements, en s’inscrivant dans une continuité de la politique de l’Etat
- Créer une collection dédiée aux paroles de personnes exclues en collaboration avec un sociologue pour apporter une dimension scientifique et les diffuser dans des lieux fréquentés par le grand public

Présentation des facteurs de réussite et conseils pour une généralisation ou transposition du programme :

- Membre du dispositif institutionnel, Mission « Vivre Ensemble », donnant accès à un réseau d'acteurs important et donnant de la visibilité aux initiatives de la BnF
Encadrer de près le suivi des actions
- Être patient : financements d'une durée moyenne de 3 ans. Une synergie se crée peu à peu entre les modes d’agir des associations et la BnF. Les dynamiques de temps long sont profitables aux projets.
- Partir du patrimoine culturel des personnes accueillies : être à l'écoute des personnes accueillies et prendre le temps nécessaire pour ce faire. Il y a beaucoup à apprendre du regard porté sur le monde des personnes victimes de relégation sociale.
- Avoir une acception large de la culture
- Organiser des expositions pour valoriser les réalisations

Idée de sujet(s) de recherche fondamentale ou appliquée, utile(s) pour le présent programme :

Interroger un échantillon de personnes du champ social sur l’idée qu’ils se font de la culture, sur leurs goûts, leurs loisirs, leurs « coups de cœur » culturels. Les revoir plusieurs fois (3 fois peut-être). Intercaler entretiens et visites découvertes de la BnF et de d'autres établissements culturels (autre qu'une bibliothèque). L’objectif serait d’une part d'observer si leur point de vue sur les institutions culturelles change au fur et à mesure de la découverte et d'autre part d’essayer de les amener à formuler leurs attentes à long terme des établissements culturels

Pour en savoir plus

BLOG « BnF pour tous » :
http://blog.bnf.fr/diversification_publics/

RESSOURCES DISPONIBLES
Livret visite de la BnF pour les apprenants en français:
http://blog.bnf.fr/uploads/diversification_publics/livretapr.pdf
Edition d'un livre « codes sociaux, liens et frontières »
http://blog.bnf.fr/uploads/diversification_publics/codesociaux.pdf

PROJET « Mémoires de Chibanis »
Ce projet a conjugué :
> un travail de terrain approfondi de l’association « Ayyem Zamen » qui a créé un Café social dans les 18e et 20e arrondissements fréquenté par des Chibani
> le savoir-faire de la responsable des ateliers d’écriture (Isabelle Mercat-Maheu)
> l’expérience de la BnF pour effectuer des recherches documentaires

L'accueil de Chibanis à la BnF a permis un travail de culture partagée en articulant leurs histoires individuelles et la mémoire collective de la France des 30 glorieuses. Cette expérience a bénéficié d'une importante communication à travers la diffusion des livres écrits par les Chibanis. Ces livres ont très vite été épuisés. Aujourd'hui encore (4 ans après la fin du projet), la BnF reçoit encore des demandes d'exemplaire papier.

Plus d'infos :
- sur le projet : http://blog.bnf.fr/diversification_publics/index.php/2014/03/28/projet-europeen-memoires-de-chibanis/
- le film : http://blog.bnf.fr/diversification_publics/?s=chibanis&sbutt=OK
- le livre : http://blog.bnf.fr/diversification_publics/index.php/2014/07/02/projet-europeen-memoires-de-chibanis-2/


Partager cette fiche
Télécharger la fiche