Logo La Monnaie Autrement

L’accorderie, une banque du temps à Chambéry

Résumé : A l’initiative de l’association La Monnaie Autrement et s’inspirant d’un concept déjà existant au Québec, l’Accorderie propose aux citoyens du bassin chambérien de s’échanger des services suivant le modèle 1h de service rendu = 1h de service reçu. Avec 1200 accordeurs à ce jour, ce projet se traduit aujourd’hui par une dynamique de réseaux de solidarité.

Partager cette fiche

Programme

  • Démarrage : Décembre 2011
  • Lieu de réalisation : Chambéry-le-Haut
  • Budget : N/C
  • Origine et spécificités du financement : Fondation MACIF, Chambéry Métropole, Région Auvergne-Rhône-Alpes

Organisme(s)

  • La Monnaie Autrement
  • 305 Rue du Bertillet
  • 73000 Chambéry
  • Salariés : 3
  • Bénévoles : 30
  • Adhérents : 1400
Site Internet

Localisation

Comité de lecture

  • Date de lecture de la fiche :  30/11/2018 00:00
Solution(s) : Culture, sport et loisirs Economie solidaire
Pays :  France, Auvergne-Rhône-Alpes
Envergure du programme :  Locale
Opérateur(s) :  Association, ONG
  • Bénéficiaires :  Universel
  • Domaine(s) :  Économie

Fiche collectée dans le cadre du programme RESOLIS « SOLIDARITES & VULNERABILITES SOCIALES »

Copyright: Licence Creative Commons Attribution 3.0 ( http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/ )
Pour citer un texte publié par RESOLIS : KRAFT Sébastien , « L’accorderie, une banque du temps à Chambéry », **Journal RESOLIS** (2018)

Origines et contexte du programme

En 2010, un groupe d’une soixantaine de citoyens du bassin chambérien se rassemble autour d’une idée commune, inventer de nouvelles façons d'échanger et de valoriser les richesses humaines, et décide de créer l’association La Monnaie Autrement. De cette entrée par le sens émerge un premier projet, soutenu par la fondation MACIF et l’ancienne Région Rhône Alpes, créer une banque du temps à Chambéry le Haut où l’on échangerait des services. C’est ainsi que voit le jour l’Accorderie en décembre 2011, la seconde à naître en France.

Objectifs du programme

- Des échanges qui reposent sur le temps et non sur l’argent,
- Se réapproprier la capacité d’agir,
- Partager les savoir-faire et valoriser les compétences de chacun, redonner confiance aux gens dans leurs compétences personnelles,
- Favoriser l’autonomie en encourageant les initiatives et en incitant les accordeurs à créer les outils dont ils ont besoin,
- Créer un réseau d’accordeurs présentant une mixité sociale.

Actions mises en oeuvre

- 15h de services offerts aux nouveaux accordeurs afin de faciliter l’entrée dans le réseau ainsi qu’un entretien de bilan de compétences,
- Embauche d’une employée qui a pour mission de construire et d’animer le réseau de l’Accorderie,
- Implication restreinte des salariés dans l’organisation de l’Accorderie afin de favoriser une certaine autonomie au sein du réseau,
- Ouverture de deux points relais : un en centre-ville de Chambéry et un autre à Aix les Bains,
- Actions de sensibilisation et communication sur les thématiques de l’économie : fonctionnement actuel global, alternatives...

résultats et impacts, quantitatifs et qualitatifs, des actions mises en oeuvre

- L’animatrice de l’Accorderie a réussi à rassembler jusqu’à 300 accordeurs la première année, ils sont environ 1200 aujourd’hui,
- L’Accorderie fonctionne en grande partie grâce à l’implication de ses accordeurs tant dans le rendu de services que dans la gestion et l’organisation du réseau (mise à jour des compteurs-temps en ligne, organisation de l’accueil et encadrement des nouveaux participants…),
- Mixité sociale : ⅓ des accordeurs ne sont ni en situation de précarité ni militant,
- Le réseau de l’Accorderie a permis à deux accordeurs d’organiser leur mariage malgré une capacité financière restreinte en capitalisant jusqu’à 200h de services échangés.

Originalité du programme

L’originalité de l’Accorderie réside dans le concept de banque du temps et d’échange de services qui permet un échange de savoir et de compétences n’impliquant pas d’échange monétaire. Cette forme d’entraide permet de n’exclure aucun citoyen et de favoriser la mixité sociale parmi les accordeurs. L’Accorderie a permis de créer un réseau de solidarité d’une forme nouvelle. Son originalité réside également dans son fonctionnement en quasi-autonomie grâce à l’implication des accordeurs.

Partenariat(s) développé(s) dans le cadre du programme

- Fondation MACIF,
- Chambéry Métropole,
- Ancienne région Rhône Alpes.

Retour d’expérience

Difficultés et/ou obstacles rencontrés durant la mise en oeuvre du programme :

Nécessité de s’assurer que les accordeurs ne pratiquent pas leur métier dans le cadre des échanges de l’Accorderie.

Solutions adoptées pour répondre aux difficultés et/ou obstacles :

Vigilance du nombre d’heures de service rendu par accordeur sur un temps donné.

Améliorations futures possibles :

La Monnaie Autrement souhaiterait rendre autonome l’Accorderie afin de pouvoir se concentrer sur de nouveaux projets, l’idée de base étant d’être un incubateur de projets

Présentation des facteurs de réussite et conseils pour une généralisation ou transposition du programme :

- La Monnaie Autrement s’est créée autour d’une recherche de sens, la création d’outils tels que l’Accorderie ou l’Elef, n’était pas l’objectif de base. Cela a permis de fédérer les adhérents autour de réflexions communes qui ont abouties à la création de ces projets,
- L’implication des adhérents/participants dans le fonctionnement est importante pour qu’il y ait une appropriation du projet et une autonomisation.

Partager cette fiche
Télécharger la fiche