Logo APIMA

L’autoréparation de véhicules grâce à l’éducation populaire de l’APIMA

Résumé : L’Apima (Association Populaire d’Initiation à la Mécanique Automobile) a pour but de promouvoir l’apprentissage de la réparation automobile fondée sur le partage et l’éducation populaire. L’association est ouverte à tous et fonctionne grâce à la cotisation de ses adhérents qui réparent eux-mêmes leurs véhicules grâce aux conseils des encadrants dans une démarche d’émancipation individuelle.

Partager cette fiche

Programme

  • Démarrage : Mars 1983
  • Lieu de réalisation : Clermont-Ferrand
  • Budget : 200000 €
  • Origine et spécificités du financement : Cotisation des adhérents

Organisme(s)

  • APIMA
  • 110 Avenue du Brezet
  • 36100 Clermont-Ferrand
  • Salariés : 4
  • Bénévoles : 100
  • Adhérents : 500
Site Internet

Localisation

Comité de lecture

  • Date de lecture de la fiche :  24/10/2018 00:00
Solution(s) : Mobilité
Pays :  France
Envergure du programme :  Locale
Opérateur(s) :  Association, ONG
  • Bénéficiaires :  Universel
  • Domaine(s) :  Éducation, Formation, Participation citoyenne, Transports

Fiche collectée dans le cadre du programme RESOLIS « SOLIDARITES & VULNERABILITES SOCIALES »

Copyright: Licence Creative Commons Attribution 3.0 ( http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/ )
Pour citer un texte publié par RESOLIS : Berry Roger , « L’autoréparation de véhicules grâce à l’éducation populaire de l’APIMA », **Journal RESOLIS** (2018)

Origines et contexte du programme

L’association APIMA est créée en 1983 à l’initiative d’un groupe de 10 personnes qui considèrent que quiconque doit être capable de connaître et d’entretenir sa voiture, devenue un outil indispensable. Dans le début des années 80, une vingtaine de garages associatifs naissent sur l’ensemble de la France sur le principe de l’éducation populaire. Deux seulement demeurent aujourd’hui.

Objectifs du programme

- Permettre aux adhérents de se former et de prendre en charge l’entretien et les réparations de leurs véhicules grâce à l’entraide et à l’encadrement de l’association.
- Responsabiliser chaque adhérent dans l’usage qu’il fait de son véhicule.
- Responsabiliser les adhérents dans le fonctionnement de l’association : gestion, entretien du bâtiment, accueil des nouveaux adhérents …

Actions mises en oeuvre

- Formation mécanique de base pour les adhérents, fondée sur des stages théoriques et une pratique encadrée au sein d’un atelier ;
- Mise à disposition d’un local technique, un équipement, un outillage, ainsi qu’une assistance technique, en vue de l’entretien et de la réparation de leurs véhicules, à l’exclusion des véhicules de société commerciale ;
- Faciliter l’accès à l’information pour permettre l’accès à des véhicules plus économes et respectueux de l’environnement

résultats et impacts, quantitatifs et qualitatifs, des actions mises en oeuvre

- L’association est victime de son succès puisqu’il y a plus de demande que de possibilité d’accueil. Elle a dû réguler l’entrée de nouveaux adhérents en limitant l’accès à l’APIMA à 5 nouvelles adhésions par mois.
- Témoignage de la construction d’une relation de confiance entre les salariés permanents et les adhérents.

Originalité du programme

L’association est une structure auto-gérée non subventionnée qui conserve son indépendance dans son idéologie et ses activités grâce à la cotisation des adhérents. Celle-ci s’élève à 464 euros (cotisation 2018) par an pour un fonctionnement annuel de 200 000 euros par an. De plus, la gouvernance est non centralisée et ne dépend pas d’un conseil d’administration. L’association tend à être le moins hiérarchisée possible dans son organisation : elle est gérée par quatre groupes de travail statutaires : Administratif, Technique, Accueil des nouveaux adhérents, et enfin Information/Communication.

Partenariat(s) développé(s) dans le cadre du programme

- Conseil Départemental, Centre Communal Action Sociale ; Secours Catholique, qui peuvent prendre en charge une partie du coût de la cotisation des personnes ayant un bas revenu
- Fournisseurs de pièces automobiles à Clermont-Ferrand. Ils garantissent une prestation de service de qualité en comparaison à un fournisseur sur internet.

Retour d’expérience

Difficultés et/ou obstacles rencontrés durant la mise en oeuvre du programme :

- L’association a connu une situation de faillite trois ans après sa création.
- Le succès de la structure a mené à une saturation de l’atelier et l’attente peut être de plusieurs semaines pour y accéder
- Le fonctionnement horizontal de l’association rend aussi les Assemblées Générales difficiles à mener étant donné la pluralité de points de vue et des objectifs différents des personnes
- Certains adhérents défendent plus leurs intérêts personnels que ceux de l’association et n’en font partie que pour bénéficier de l’apprentissage.
- Départ à la retraite du dernier formateur Roger Berry à anticiper et préparer (toujours en cours)
- Il reste difficile de remplacer les formateurs qui encadrent l’atelier lorsqu’ils sont eux même en formation

Solutions adoptées pour répondre aux difficultés et/ou obstacles :

- Face au risque de faillite, L’assemblée Générale de 1986 a supprimé le coût horaire d’utilisation de l’atelier et adopté le principe d’une cotisation unique annuelle.
- Gel des adhésions décidé fin octobre 2017
- Mise en place de beaucoup d’autoformation

Présentation des facteurs de réussite et conseils pour une généralisation ou transposition du programme :

- Le partage de valeurs au sein de l’association au-delà des services qu’elle rend.
- L’indépendance vis-à-vis des subventions qui permet à la structure d’être plus résiliente face aux changements politiques.
- Un fort investissement de départ nécessaire à la mise en place de l’association

Partager cette fiche
Télécharger la fiche