Logo Association Solidarité Emploi d'Aubervilliers (ASEA)

Les ateliers pluridisciplinaires de l'Association Solidarité Emploi d'Aubervilliers (ASEA) pour une insertion professionnelle

Résumé : L'Association Solidarité Emploi d'Aubervilliers (ASEA) anime depuis 2003 divers ateliers pour chômeurs et immigrés afin d'aider à la recherche d'emploi, accéder à un bien-être physique, psychologique et social, et favoriser une dynamique d'insertion socio-professionnelle.

Partager cette fiche

Programme

  • Démarrage : 2003
  • Lieu de réalisation : Aubervilliers
  • Budget : 100000 €
  • Origine et spécificités du financement : IN'li, CGET, DDCS 93, Ville d'Aubervilliers, Département de Seine Saint-Denis, Région Ile-de-France, Adhérents

Organisme(s)

  • Association Solidarité Emploi d'Aubervilliers (ASEA)
  • 79 rue Hémet
  • 93300 Aubervilliers
  • Salariés : 6
  • Bénévoles : 10
  • Adhérents : 70

Localisation

Comité de lecture

  • Date de lecture de la fiche :  01/10/2018 00:00
Appréciation(s) du comité : Source d’inspiration !
Solution(s) : Emploi Exclusion et isolement
Pays :  France, Île-de-France
Envergure du programme :  Locale
Opérateur(s) :  Association, ONG
  • Bénéficiaires :  Immigrés, Chômeurs
  • Domaine(s) :  Travail, Éducation, Formation

Fiche collectée dans le cadre du programme RESOLIS « Pauvreté France » (Aubervilliers)

Copyright: Licence Creative Commons Attribution 3.0 ( http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/ )
Pour citer un texte publié par RESOLIS : Lebreton Christine , « Les ateliers pluridisciplinaires de l'Association Solidarité Emploi d'Aubervilliers (ASEA) pour une insertion professionnelle », **Journal RESOLIS** (2018)

Origines et contexte du programme

Aubervilliers est une ville de primo-arrivants fortement touchée par le chômage (plus de 23% en 2013). L'Association Solidarité Emploi d'Aubervilliers (ASEA) a été créée en 1996 par un collectif de chômeurs, convaincus de l'importance de l'accompagnement social et d'ateliers répondant aux besoins des demandeurs d'emploi. Ces aspects sont d'autant plus importants pour les personnes immigrées ne parlant pas français ou ne connaissant pas les rouages des institutions françaises. Les premiers ateliers ont démarré en 2003.

Objectifs du programme

Accéder à l'emploi en:
- permettant au public de prendre conscience de ses difficultés et de mettre en place un parcours personnalisé pour les surmonter
- répondant aux besoins des bénéficiaires
- rendant chaque personne autonome, active, afin qu'elle prenne sa vie en main et soit dans une dynamique d'insertion socio-professionnelle

Actions mises en oeuvre

En moyenne, 1 an et demi de formation:
Ateliers d’illectronisme et de dématérialisation afin de maîtriser les sites de démarches dématérialisées comme les impôts, la CAF, améli etc
Atelier de préparation au code de la route axé sur le français
Ateliers de Savoirs sociolinguistiques pour primo arrivants de moins de 5 ans en France (ASL = apprentissage de la langue française dans un contexte pratique: expliquer et guider le public dans la rédaction de dossiers administratifs, l'accès aux droits, la localisation des centres de santé gratuits, etc.)
Ateliers d'Expression en Langue Française (ELF : travailler le français sur la base d'un projet culturel participatif comme écrire une histoire, créer un journal, créer des jeux, des quiz...)
Sorties culturelles (musée, théâtre). Durant les vacances scolaires, ces sorties culturelles se font avec le bénéficiaire et sa famille.

résultats et impacts, quantitatifs et qualitatifs, des actions mises en oeuvre

Par an :
- Entre 50 et 60 personnes pour les Ateliers de SocioLinguistique (ASL)
- Entre 110 et 160 pour les Ateliers d’Expression en Langue Française (ELF)
- 30 personnes accompagnées sur l'illectronisme,
- 30 accompagnées pour le code de la route et une trentaine pour la recherche d'emploi pure.
- Confiance en soi et autonomie accentuée. Fierté, valorisation, gratification, notamment par l'obtention de diplômes récompensant l'assiduité aux ateliers ou, pour les ELF, restitution devant du public lors de la fête des langues, la fête de la ville, les journées du patrimoine, les fêtes de quartier...

Originalité du programme

L'accompagnement proposé par l'ASEA évolue en fonction des besoins de ses bénéficiaires. Elle analyse continuellement les problématiques de son public et ses propres actions. Elle a aussi la particularité d'agir sur plusieurs fronts à la fois (santé, éducation, participation citoyenne, informatique, etc.) car les difficultés d'accès à l'emploi regroupent plusieurs problèmes.

Partenariat(s) développé(s) dans le cadre du programme

- Ville d'Aubervilliers: service social, Centre Communal d'Action Social (CCAS), centre municipal de santé, service démocratie locale, théâtre, médiathèque
- Associations: Les souffleurs, Les grandes personnes, Les Poussières, Auberfabrik, CAS production, Réseau d'écrivains publics, et Réseau des Acteurs de la Dynamique ASL (RADyA)
- La cité des métiers, l’espace auto-formation de la Cité des Sciences, la Poste et la RATP
- Le Louvre, Musée Guimet, Musée du Quai Branly, Cité des sciences et de l'industrie, le Château de Versailles, etc.

Retour d’expérience

Difficultés et/ou obstacles rencontrés durant la mise en oeuvre du programme :

- Locaux trop petits, manque de place à Aubervilliers et de financement
- Difficile de savoir où porter une demande de subventions, ou à quel appel-à-projet répondre
- Difficile de juger du nombre exact de bénéficiaires ayant retrouvés un emploi grâce à l’ASEA car ceux-ci ne communiquent pas à l’association après leur départ, et parce qu’Aubervilliers est une ville de primo-arrivants.

Solutions adoptées pour répondre aux difficultés et/ou obstacles :

- Si une personne ne progresse pas, l’équipe analyse la situation en groupe pour déceler la source du problème
- Si une personne ne participe pas régulièrement aux ateliers, une première discussion entre elle et l’équipe est engagée afin de déterminer les raisons et trouver une solution adaptée (changement de groupe par exemple). S'il est impossible d'en trouver une, lui demander de laisser sa place à un autre bénéficiaire.

Améliorations futures possibles :

- Trouver des bailleurs extérieurs, voire monter des projets de façon différente (reformulation du dossier en fonction du bailleur) et mettre en place de nouveaux partenariats.
- Depuis 2013, travail avec « les souffleurs », des artistes (poètes) intéressés par un travail avec ce public.
- Depuis 2018, les Poussières, acteurs du lien social via entre autres son défilé de lanternes (plus de 1000 personnes en 2017)

Présentation des facteurs de réussite et conseils pour une généralisation ou transposition du programme :

- Remise en question permanente de la méthodologie (en interne), et prise en compte du regard extérieur
- Formations des salariés ASEA à la « Mission vivre ensemble », ce qui permet la gratuité pour les bénéficiaires et un droit de parole concernant les sorties culturelles.
- Implication et passion de l’équipe
- Les bons partenariats permettent de faire venir des intervenants extérieurs, de visiter les structures, etc.
- Etre dans une zone où il y a beaucoup de possibilités de partenariats, et s’entourer d’une équipe dynamique
- Être à l’écoute des bénéficiaires et déceler les besoins même s’ils ne sont pas exprimés directement
- Garder une distance entre les salariés et les bénéficiaires
- Avoir plusieurs ateliers et plusieurs formateurs, et élargir les actions à la famille

Partager cette fiche
Télécharger la fiche