Logo La ferme de l'âne arrosé

Maraîchage diversifié bio sur petite surface en traction animale dans le Poitou-Charentes

Résumé : Installation agricole en cours sur la commune de Saint-Pardoux dans les Deux-Sèvres : création d’un atelier de maraîchage diversifié bio sur petite surface, avec vente directe exclusivement, utilisation de techniques et savoirs-faire innovants et atypiques.

lauréat Candidat au Prix des Femmes Marjolaine 2014

Partager cette fiche

Programme

  • Démarrage : 2014
  • Lieu de réalisation : Saint-Pardoux
  • Budget : 50000 €

Organisme(s)

  • La ferme de l'âne arrosé
  • 10 lieu-dit la grande roche
  • 79310 Saint-Pardoux
  • Salariés : 0
  • Bénévoles : 2

Localisation

Comité de lecture

  • Date de lecture de la fiche :  10/10/2014 00:00
Solution(s) : Agriculture et alimentation Environnement Santé
Pays :  France, Grand Est
Envergure du programme :  Locale
Opérateur(s) :  Particulier(s)
  • Bénéficiaires :  Population rurale
  • Domaine(s) :  Environnement, Agriculture

Fiche collectée dans le cadre du programme RESOLIS « Alimentation responsable et durable »

Copyright: Licence Creative Commons Attribution 3.0 ( http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/ )
Pour citer un texte publié par RESOLIS : Pacault Amandine , « Maraîchage diversifié bio sur petite surface en traction animale dans le Poitou-Charentes », **Journal RESOLIS** (2014)

Origines et contexte du programme

Cette installation s'inscrit dans un contexte d’attente sociale (contexte agricole difficile: disparition des petites fermes,de l'agriculture paysanne et forte dépendance à l’endettement) et environnementale (pollution, changement climatique, perte de biodiversité...). Elle est marquée par les fortes convictions morales et éthiques de l'exploitante.

Objectifs du programme

- AGRICOLES : créer un système autonome, viable, transmissible et reproductible, sans gros investissement.En résumé une pérennité de l'activité
- SOCIAUX : nourrir des familles en fournissant des légumes de qualité,sains et accessibles à tous, créer du lien dans les campagnes, ouvrir le jardin pour éduquer à l'alimentation (consommateurs/enfants/jeunes en installation)
- ENVIRONNEMENTAUX : être indépendante vis-à-vis des énergies fossiles, préserver la biodiversité, le sol, l'eau et l'air, réduire le gaspillage
- PERSONNELS : tirer un revenu de l'activité maraîchère, inscrire l'activité dans un projet familial, la rendre accessible pour les femmes(pour Amandine et pour les autres),s'ouvrir et assouvir sa curiosité(recherche pour réduire la pénibilité, pour développer un modèle agricole)

Actions mises en oeuvre

AGRICOLES :
- Techniques agronomiques utilisées : semis / plantation sous couvert, techniques culturales simplifiées (non labour, planches de cultures permanentes), lutte biologique par conservation (nichoir,fleurs),etc.
- Zéro mécanisation: travail manuel et en traction animale (en projet avec un âne typique de la région:le baudet du Poitou). Utilisation de matériel de traction animale moderne.

SOCIAUX : vente directe en panier hebdomadaire, porte ouverte, communication (site, brochure), réduction des charges donc prix de vente correct, livraison en campagne, transformation

ENVIRONNEMENTAUX : culture biologique (labellisée), traction animale, TCS (non labour), planches permanentes, outillage spécifique, variétés anciennes, lutte bio par conservation, apport de compost, réduction / abandon biocide

PERSONNELS : suivi régulier de formations courtes,mise en place d'expérimentations à la ferme, suivi du parcours à l'installation aidée (DJA), adhésion aux réseaux bio et autres, mise en place de formation agricole à la ferme via le réseau "LADYsqueuses"(initiation pour les femmes et par les femmes aux métiers réservés aux hommes)

résultats et impacts, quantitatifs et qualitatifs, des actions mises en oeuvre

- Faible investissement (en raison de la petite surface et de l'absence de mécanisation)
- Faibles charges (en raison de la production de plant, récupération, entraide, autoproduction (comme le compost,serre à plants,purin…))
- Production suffisante de légumes donc vente en conséquence (panier de légumes, marché, magasin), soit un bénéfice économique malgré un début d'activité
- Vente en panier ayant pour impact la fidélisation des clients, la création de liens et de discussions autour de la production allant jusqu'à modifier leur type d'alimentation (plus de diversité de légumes, légumes "oubliés"...)
- La mise en place de fleurs et d'une grande diversité d'espèces et de variétés d'où l'installation d'une esthétique au jardin, attirant les passant et une nouvelle fois créant du lien social (voisins, clients)
- Présence également d'insectes auxiliaires
- Des pratiques permettant l'amélioration de la structure du sol, une résistance aux maladies et ravageurs, une autonomie féminine (pas de travail de force)

Originalité du programme

Outre les techniques agronomiques combinant plusieurs systèmes agricoles du monde entier (USA, Canada, France), cette initiative propose un mode de vente original qui fidélise sans pour autant aliéner les clients. Les paniers sont sans engagement : chaque semaine les clients reçoivent un sms indiquant le contenu du panier et répondent favorablement ou non. De plus, une offre proposée de légumes différents / "oubliés" / méconnus est proposée à la vente, ce qui permet une découverte voire un changement dans l'alimentation.

Partenariat(s) développé(s) dans le cadre du programme

La commune de Saint-Pardoux (pour mettre en place le bio à la cantine et pouvoir vulgariser le travail au sein de publics divers), l'association Prommata (pour faire évoluer le matériel et continuer à se former), deux magasins de produits locaux et fermiers ("O'4 saisons" et "A portée de campagne"), CIGALES (pour l'aide financière de l'activité, notamment pour l'achat de matériel de traction animale), des associations du réseau bio (Agrobio79, l'ARDEAR et biogâtine) et World Wide Opportunities on Organic Farms France (accueil de volontaires)

Retour d’expérience

Difficultés et/ou obstacles rencontrés durant la mise en oeuvre du programme :

- L'activité manque de moyens matériels et financiers.
- Le manque d'outillage implique une perte de temps et donc une obligation à réaliser certaines tâches avant d'autres (produire, vendre au détriment de transformer, éduquer, former...). L'absence d'abris (serre) oblige à réduire la diversité des espèces cultivées, surtout à l'automne et au printemps. Le manque d'outils de traction animale ne permet pas de mettre en œuvre le programme dans sa totalité.
- La faible reconnaissance de la part des institutions agricoles (chambre d'agriculture, INRA) qui n'incitent pas au développement et à la reproduction de ce genre d'activité.
- Le travail en solitaire

Solutions adoptées pour répondre aux difficultés et/ou obstacles :

- Demander des financements : subventions européennes (DJA), bourses auprès de fondations soutenant ce type de projet alternatif et innovant, partenariat avec la cigale locale et ponctuellement recours à l'aide familiale.
- Face aux réfractaires, il faut user de beaucoup de courage, communiquer un maximum, montrer toujours plus de motivation et de détermination.
- Il est prévu de m'associer avec mon conjoint.

Améliorations futures possibles :

- Acquérir un maximum de matériel manuel et en traction animale, ainsi que des abris (serre verre de préférence)
- Envisager la méthanisation des déchets à l'échelle de la ferme pour alimenter la chambre froide de stockage
- Acquérir une voiture à cheval afin d'effectuer les livraisons sans motorisation
- Ouvrir la ferme vers une gestion collective afin de créer d'autres ateliers de production, et donc à moyen terme de nourrir quasi totalement des familles du coin (légumes, fruits, oeufs, viande, pain, bière, produits laitiers...)
- Insérer des arbres sur la parcelle cultivée (agroforesterie)
- Élever des animaux pour créer une complémentarité animal-végétal dans le système (ex: cochons laboureurs)
- Faire de la formation rémunérée auprès de différents publics (lycées agricoles, associations, agriculteurs…)
- Proposer des ateliers cuisine et transformation (conserve) à la ferme

Présentation des facteurs de réussite et conseils pour une généralisation ou transposition du programme :

- Une activité agricole qui ne nécessite pas ou peu de force (pas de machines lourdes), donc facilement applicable à une population féminine
- Une activité qui nécessite très peu d’investissement (moins de 50 K €) donc facilement transposable à des personnes en reconversion ou des jeunes motivés par ce travail, etc.
- Une activité qui nécessite peu de surface (2 hectares maximum) et qui peut donc facilement s’insérer dans un territoire, voire en zone péri-urbaine
- Une ouverture aux autres, une volonté de partage et de transmission: via les portes-ouvertes, les discussions de voisinage

Le principal conseil pour généraliser ce programme : développer les réseaux entre acteurs de ces systèmes agricoles

Idée de sujet(s) de recherche fondamentale ou appliquée, utile(s) pour le présent programme :

> Les facteurs de réussite d’une installation diversifiée en traction animale sur petite surface
> Le semis sous couvert, le choix des espèces végétales de couverture et leur mode de destruction
> Le développement d’outils adaptés à la traction animale, tout particulièrement dans des situations de réduction du travail du sol
> Le développement d’outils manuels adaptés au maraîchage sur petite surface
> L'approvisionnement en denrées alimentaires des personnes isolées dans le monde rural

Références bibliographiques

Fortier, J-M. "Jardinier-maraîcher: Manuel d'agriculture biologique sur petite surface" Editions Ecosociete (2012) 198p
Coleman,E. "The winter harvest handbook : Year-round vegetable production,using deep-organic techniques and unheated greenhouses" chelsea green publishing (2009) 247p
Coleman,E. "The New Organic Grower" chelsea green publishing (195) 340p
Malais, M.H. Ravensberg W.J. "connaître et reconnaître La biologie des ravageurs des serres et de leurs ennemis naturels" Koppert B.V. (2008) 290p
Moreau, J.G. Daverne, J.J. "Manuel pratique de la culture maraichère de Paris" Bouchard-Huzard (1845) 352p
Bourguignon, C. Bourguignon, L. « Le sol, la terre et les champs : pour retrouver une agriculture saine », Paris, Sang de la Terre, (Les dossiers de l'écologie) (2008 et 2010) 223 p

Pour en savoir plus

http://assoprommata.org/

http://hippotese.free.fr/


Partager cette fiche
Télécharger la fiche