Les produits d’assainissement valorisés en biofertilisants pour l’agriculture par l’association Koassanga

L’Initiative latrines sèches écologiques de l’association KOASSANGA est mise en œuvre depuis 2011 au Burkina Faso dans 80 villages répartis sur une dizaine de communes. Basée sur l’approche communautaire, le projet permet l’utilisation des produits d’assainissement (urine et fèces) par les agriculteurs pour fertiliser les parcelles agricoles et restaurer la fertilité des sols. Ces modèles de latrines offrent un intérêt sanitaire, environnemental, agricole et pédologique.

AUTEUR(S)

KALAYDJIAN Samuel

Responsable projet

samuelkalay@yahoo.fr

Fiche rédigée par Patrice N'Goran

PROGRAMME

Démarrage: 2011

Lieu de réalisation: 5 régions et 12 départements

Origine et spécificités du financement : gence de l’eau Rhône méditerranée corse, Territoire de Belfort, ville de Belfort, Grand Belfort, Région Bourgogne Franche Comté, ville de Besançon, Grand Besançon, comité de pilotage de Canéjan

ORGANISME(S)

Association KOASSANGA

Cravanche - 90300

12 rue Eugène Favre

/ 170 Adherents

Ou

Partager sur

COMITÉ DE LECTURE

Date de lecture de la fiche

2019-12-20 00:00:00

Localisation

Burkina Faso Bourgogne-Franche-Comté Territoire de Belfort

Domaine

Environnement Réseaux, coopérations Agriculture

Type de structure

Association, collectif, ONG Association, collectif, ONG

Envergure du programme

Nationale

Bénéficiaires

Population rurale Agriculteurs

Type d'acteur

Services d’accompagnement

Type d'action

Services d’accompagnement Location, partage, don d’équipements Valorisation non alimentaire Valorisation des déchets Valorisation non alimentaire Valorisation non alimentaire (Autre)

Type d'objectif

Sociaux Amélioration de la santé par une alimentation saine Sociaux Création et renforcement du lien social Environnementaux Maintien et amélioration de la biodiversité Environnementaux Préservation de la qualité / fertilité des sols Environnementaux Préservation de la qualité des eaux Environnementaux Réduction/traitement des déchets, économie circulaire Environnementaux Dépollution des modes de production agricole (introduction d’alternatives aux intrants chimiques, pesticides, fongicides…) Pédagogiques Transmission de pratiques responsables aux professionnels Développement local Maintien et/ou création direct(e) d’emplois Développement local Création de dynamiques économiques

LOCALISATION
LICENCE

Copyright: Licence Creative Commons Attribution 3.0

Pour citer un texte publié par RESOLIS:

KALAYDJIAN Samuel, « Les produits d’assainissement valorisés en biofertilisants pour l’agriculture par l’association Koassanga », **Journal RESOLIS**

PUBLIÉ DANS LE JOURNAL

ORIGINE ET CONTEXTE

KOASSANGA est une association française basée dans le territoire de Belfort. Elle a été créée en 2007 et compte une cinquantaine de membres en France et 70 au Burkina Faso. L’histoire de l’association Koassanga est liée à Samuel Kalaydjian, ressortissant français ayant acquis la nationalité burkinabè. Il a été sollicité par les populations du village de Koassanga (commune de Ziniaré) pour les aider à faire face à leurs difficultés : extrême pauvreté, manque de nourriture en période de soudure, malnutrition et maladies récurrentes. Cette situation a été présentée par Samuel à son entourage en France. C’est ainsi que l’association Koassanga a été créée afin de venir en aide au village dans les domaines de l’eau, assainissement, économie sociale et solidaire, éducation et formation, santé, protection de l'environnement, développement des infrastructures. L’approche « assainissement écologique » a été retenue pour ses multiples impacts en assainissement, en environnement et en agriculture.

OBJECTIFS

Le projet « assainissement écologique » vise à améliorer les conditions d’existences des populations rurales de Koassanga et du Burkina Faso en général. Spécifiquement, il s’agit de contribuer à améliorer la santé des populations par l’assainissement, à augmenter les rendements agricoles par l’utilisation de fertilisants Ecosan, mais aussi à restaurer les sols dégradés en combinant plusieurs techniques culturales et de restauration des sols.

ACTIONS MISES EN OEUVRE

- Organisation du village sur la base communautaire ; - Formation des ménages à l’agriculture écologique (céréales, légumineuses, oléagineuses et produits maraîchers) et à la Gestion Intégrée de la Fertilité des Sols (GIFS). - Formation à l’embouche ovine, bovine et à la préparation d’aliments pour l’activité avicole ; - Mise en place de champs collectifs de démonstration (Champs-écoles) ; - Construction de latrines et installation de centres pour l’hygiénisation des urines ; KOASSANGA a démarré ses activités en 2010 par un projet de warrantage de céréales dans le village du même nom. En 2011, elle a bénéficié de l’accompagnement technique du CREPA pour réaliser les premières latrines écologiques. Après refonte du processus de mise en œuvre du projet assainissement, le programme a continué en 2013 grâce au financement octroyé par l’Agence de l’Eau Rhône méditerranée et Corse et aux collectivités partenaires. A partir de 2015, les latrines construites sont livrées à crédit et sont remboursées avec les fèces. Les fèces et les urines sont des engrais organiques utilisés pour fertiliser les cultures. Les sacs de fèces provenant des latrines à crédit des ménages bénéficiaires sont revendus par l’association pour rembourser le prêt.

RÉSULTATS ET IMPACTS, QUANTITATIFS ET QUALITATIFS

- 500 urinoirs construits, 500 gestionnaires formés, 25 000 m3 d’urines hygiénisées, 1 500 latrines écologiques construites dans 80 villages (10 communes) et 10 000 tonnes de fèces hygiénisés produits. Une latrine écologique permet aux ménages de disposer de 5 à 7 sacs de 50kg de Fèces/semestre. - 350 animateurs assainissement formés, 8 000 personnes formées à la lutte biologique et 1 000 personnes formées au compostage. KOASSANGA compte d’une trentaine de formateurs (hommes et femmes) en assainissement et une quarantaine de formateurs en agriculture. - 15 000 à 20 000 hectares de terres restaurées grâce au dispositif de Gestion Intégrée de la Fertilité des sols (GIFS). - Augmentation des rendements de agricoles grâce à l’utilisation de fertilisants écologiques: +300 à 500% pour les céréales, +200 à 300% pour les légumineuses et +100 à 250% pour les cultures maraichères. - La durée de conservation de l’oignon atteint 4 mois au lieu de 2 mois précédemment grâce aux fertilisants écologiques. Environ 20 000 personnes sont autosuffisantes au niveau alimentaire et les banques de céréales ont disparu dans certains villages. La fréquence des maladies a baissé grâce à la fin de la défection à l’air libre. - L’approche communautaire a impacté les villages. A Koassanga par exemple, la communauté est en mesure de poursuivre seule son développement au point où l’association n’y intervient plus depuis 2015.

ORIGINALITÉ

- Intérêt environnemental : développer l'utilisation de fertilisants organiques. - Intérêt sanitaire : assainissement du cadre de vie. - Intérêt agricole : optimisation de la productivité. - Intérêt pédologique : amélioration de la fertilité des sols. Les fertilisants issus des latrines permettent d’assurer 3 à 4 cycles culturaux avec une seule application. - Intérêt social : l’approche communautaire permet aux populations rurales de s’autonomiser en s’émancipant des aides extérieures et d’améliorer le « vivre ensemble » grâce à une meilleure gestion des conflits. Elle privilégie les intelligences collectives plutôt qu’individuelles. Les résultats obtenus en agriculture suscitent l’adhésion des agriculteurs à cette pratique. Bien que les latrines ne soient plus subventionnées, de nombreuses demandes sont enregistrées.

PARTENARIAT(S)

- L’agence de l’Eau Rhône Méditerranée et Corse (40.000 €/an en moyenne depuis 2011), la Région Bourgogne Franche Comté (3000 à 4000 €/an depuis 2012), et du Territoire de Belfort (2.000 à 3.000 €/an depuis 2015). - Le Museum Naturel de la ville de Bourges, a appuyé l’association pour l’aménagement d’une zone de sauvegarde de 1 500 chauves-souris dans le village de Koassanga - Les Directions Régionales (Agriculture, Eau et l’assainissement, Ressources animales) de la Région du Plateau Central, le Bureau National des Sols (BUNASOLS) et le Centre d’Analyse des Politiques Economiques et Sociales (CAPES) sont les principaux partenaires institutionnels au Burkina Faso.

RETOUR D’EXPÉRIENCE

Difficultés et/ou obstacles rencontrés pendant la mise en œuvre :

Au départ l’approche communautaire et le bénévolat n’étaient pas acceptés par les populations.

Solutions adoptées pour répondre aux difficultés et/ou obstacles :

Grâce aux résultats obtenus par les pratiques communautaires sur les parcelles de démonstration, les bénéficiaires ont accepté ce modèle organisationnel. Le nombre de latrines construites est proportionnel à l’implication de la communauté dans le projet.

Améliorations futures possibles :

Actions en cours ou imminentes : 400 latrines seront construites dans la Région Centre grâce aux financements des collectivités du Territoire de Belfort. De nouvelles formulations d’engrais organiques sont en phase de test. Une optimisation de la quantité d’urine et de fèces utilisées et des techniques d’application sont en cours afin de répondre aux problématiques liées aux changements climatiques. Améliorations futures : mener dans un village pilote 100% un projet développé à l’aide de financements privés (zéro subvention publique)

Présentation des facteurs de réussite et conseils pour une généralisation ou un essaimage :

L’organisation des ménages et l’’implication de toute la communauté lors de la mise en œuvre des activités sans privilégier un groupe au détriment des autres sont des facteurs importants.