Transformation locale d’Attiéké (semoule de manioc) par le groupement féminin KONTO de Mediga

Depuis 2013 dans le village de Mediga, le groupement féminin Konto transforme la pâte de manioc en attiéké , une semoule originellement produite en Côte d’ivoire. Cette activité participe à à diversification de l’offre alimentaire dans le village et dans les communes alentours, comme celle de commune de Gon-boussougou.

AUTEUR(S)

Yaho Tenin

Présidente

dramhara@yahoo.fr

Fiche rédigée par Patrice N'Goran

PROGRAMME

Démarrage: 2013

Lieu de réalisation: Mediga (commune de Gon Boussougou)

Budget: 4000000

ORGANISME(S)

Groupement KONTO

Gon Boussougou -

Mediga commune de Gon Boussougou

10 Salariés / 4 Adherents

Ou

Partager sur

COMITÉ DE LECTURE

Date de lecture de la fiche

2019-12-12 00:00:00

Localisation

Burkina Faso

Domaine

Alimentation

Type de structure

Association, collectif, ONG Association, collectif, ONG

Bénéficiaires

Femmes Population rurale Universel

Type d'acteur

Producteur

Type d'action

Transformation Transformation à échelle réduite / artisanale

Type d'objectif

Sociaux Amélioration de l’accès à l’alimentation Sociaux Promotion de la place des femmes Développement local Maintien et/ou création direct(e) d’emplois Développement local Structuration/maintien de filières locales

LOCALISATION
LICENCE

Copyright: Licence Creative Commons Attribution 3.0

Pour citer un texte publié par RESOLIS:

Yaho Tenin, « Transformation locale d’Attiéké (semoule de manioc) par le groupement féminin KONTO de Mediga », **Journal RESOLIS**

PUBLIÉ DANS LE JOURNAL

ORIGINE ET CONTEXTE

La présidente du groupement féminin de KONTO, Madame YAHO Tenin, a longuement vécu en côte d’ivoire où elle a découvert l’Attiéké. Face à la consommation grandissante de cette denrée au Burkina Faso, madame YAO Tenin s’est lancée dans la production d’Attiéké au sein de son village . Après plusieurs expérimentations et avoir obtenu des soutiens en équipement de transformation (Le Projet d'amélioration de la productivité agricole et de la sécurité alimentaire et financier) et financier par la Maison de l’entreprise.

OBJECTIFS

Lutter contre l’insécurité alimentaire par la diversification de l’offre alimentaire locale à partir de mets ouest-africains Permettre aux femmes membres du groupement de dégager des compléments de revenus à leurs activités agricoles ou commerciales annexes

ACTIONS MISES EN OEUVRE

Participation à la formation organisée par le projet PAPSA, Projet d'amélioration de la productivité agricole et de la sécurité alimentaire, à Fada N’gourma ; Formation des femmes du groupement en techniques de transformation d'Attiéké par la Maison de l’Entreprise ; Equipement en broyeuse, presse, bassines, balance par le projet PAPSA; Organisation de l’approvisionnement en pâte de manioc (importée de Côte d’Ivoire) auprès des grossistes basés à Ouagadougou ; Affectation de 3 millions de Fcfa à l’investissement dans la construction et l’aménagement du site de production, et 1 milLion est dédié au fond de roulement. La transformation a lieu les jours de marché, 3 fois par semaine. Trouver des modes de paiements transfrontaliers pratiques : mobile money

RÉSULTATS ET IMPACTS, QUANTITATIFS ET QUALITATIFS

Les formations ont permis aux femmes de maîtriser la technique de production d’Attiéké et 7 villages sont ravitaillés par le groupement. Chaque jour de marché, la transformation de 3 sacs de 100 kg de pâte permet de produire 30 à 39 sachets d’Attiéké de 9kg, soit une production hebdomadaire de 90 à 117 sachets. Un chiffre d’affaire est représente entre 225 000 Fcfa et 292 500 Fcfa/semaine En période d’hivernage 4 employées occasionnelles sont recrutées pour permettre aux femmes du groupement de participer à leurs activités agricoles respectives

ORIGINALITÉ

La matière première semi-finie est importée de la Côte d’Ivoire mais l’étape de transformation finale du produit est effectuée sur place, dans le village. L’activité occupe des femmes qui se répartissent les bénéfices de l’activité. Les villages voisins ont pu profiter de cette production, et de cette réappropriation locale d’un met étranger.

PARTENARIAT(S)

le Projet PAPSA a équipé le groupement la Maison de l’entreprise a financé la construction du local et le fonds de roulement, à hauteur de 4 millions de Fcfa

RETOUR D’EXPÉRIENCE

Difficultés et/ou obstacles rencontrés pendant la mise en œuvre :

L’acheminement des sacs de pâte de manioc de Ouagadougou à Mediga connaît parfois des retards. Les rendements de transformation varient d’un sac à l’autre : certains sacs de pâte donnent 13 sachets d’attiéké quand d’autres ne donnent que 10 sachets.

Solutions adoptées pour répondre aux difficultés et/ou obstacles :

Certains sacs ont un plus faible rendement car ils génèrent beaucoup de résidus. Ces résidus sont séchés et moulus pour être revendus sous forme de Kongodé (un autre dérivé du manioc).

Améliorations futures possibles :

achever l’aménagement du local qui abrite la production et le raccorder au réseau de distribution d’eau, continuer le renforcement des capacités des membres du groupement en technique de transformation d'attiéké acquérir un tricycle pour livrer l’Attieke dans les villages,

Présentation des facteurs de réussite et conseils pour une généralisation ou un essaimage :

La tenue de bilans trimestriels contribue à une bonne marche des activités. Ces bilans permettent à tous les membres d’avoir une lisibilité sur les activités et de prendre les décisions qui s’imposent. Pour une réplication du modèle, Il est plus rentable de travailler la pâte de manioc que produire à partir de manioc frais. L’achat à crédit est évité.