Journal Resolis

Le Parc Naturel Régional du Queyras et sa démarche de PAT

  • Auteur(s)
    Xavier Bletterie (Chargé de projet agriculture et forêt, Parc naturel régional du Queyras)
  • Rédacteur(rice)
    Equipe RESOLIS
  • Mots-clefs
  • Publication
    Octobre 2019

« Ces initiatives se multiplient tout comme celles liées aux nouveaux modes de consommation. Elles amènent à reconsidérer la vision de l’agriculture traditionnelle et à envisager d’autres solutions à l’impasse agricole que rencontre aujourd’hui le territoire. »

LA TRANSITION AGRICOLE ET ALIMENTAIRE EN FRANCE. 350 initiatives locales pour une alimentation responsable et durable

Cet article est publié dans

Journal RESOLIS (2019-10-16) LA TRANSITION AGRICOLE ET ALIMENTAIRE EN FRANCE. 350 initiatives locales pour une alimentation responsable et durable

Témoignage de Xavier Blette

Le PNR du Queyras est partie prenante d’une dynamique très positive sur le sujet de la Transition agricole et alimentaire (TAA). Comment s’est posée la question de l’alimentation dans votre territoire ?
L’agriculture locale a hérité d’une histoire marquée par la république des Escartons, l’exode rural et les catastrophes naturelles. Elle a dû s’adapter à la haute montagne : isolement géographique, climat rude et fortes pentes. Le Queyras est une terre d’élevage, activité qui semble la plus adaptée à ces conditions. En même temps de nouveaux modes de production se développent ainsi qu’une diversification vers l’apiculture, le maraîchage et la cueillette. Ces initiatives se multiplient tout comme celles liées aux nouveaux modes de consommation. Elles amènent à reconsidérer la vision de l’agriculture traditionnelle et à envisager d’autres solutions à l’impasse agricole que rencontre aujourd’hui le territoire avec la baisse du nombre d’exploitations et par conséquent l’augmentation de la SAU (surface agricole utile) moyenne de ces dernières, la difficulté d’accès aux bâtiments agricoles et au foncier, ou encore la fragmentation de celui-ci dû à la pression de l’urbanisme et du tourisme. Pour autant les atouts sont nombreux : les fromageries en vendant à 80 % leurs produits dans le département valorisent la production laitière ce qui assure le maintien des exploitations actuelles. Un abattoir intercommunal subsiste, repris en 2017 par un groupe d’agriculteurs dans une dynamique et aventure humaine remarquable. La richesse environnementale de notre territoire constitue également un enjeu pour maintenir et développer une agriculture adaptée aux ressources locales. L’aventure du projet alimentaire territorial (PAT) a commencé en 2016 avec l’identification de cet outil qui semblait répondre aux attentes de la charte du Parc. Ce faisant, il ouvrait de nouvelles perspectives avec la question alimentaire - sujet non abordé par la charte du Parc mais éminemment transversal - tout en permettant de relier les différentes fonctionnalités d’un territoire. Le Parc du Queyras comptabilisant 2 500 habitants et une quarantaine d’exploitations agricoles, la question de l’échelle s’est posée rapidement. Le PETR du Grand Briançonnais quant à lui constitue un territoire avec une taille suffisamment critique....

Copyright

Licence Creative Commons Attribution 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/)

Pour citer un texte publié par RESOLIS : Nom auteur, « Titre », **Journal RESOLIS**, vol. e-page année